Traffic Controller en Australie – l’expérience de Céline et Hugo

par admin

Céline et Hugo sont en PVT Australie et ils sont devenus traffic controller ! C’est un job qui paye bien, qui ne demande pas trop d’effort physique, en revanche, il y a quelques infos à connaître avant de pouvoir devenir Traffic Controller en Australie. Ils nous ont expliqué les tickets qu’ils ont passés, à quoi ressemble leur journée et combien ils gagnent ! Tu peux retrouver également le podcast de Céline et Hugo sur toutes les plateformes de podcasts :

Découvre le témoignage de Céline et Hugo

Présentez vous rapidement 

Nous sommes Céline et Hugo, on vient d’Alsace et on a 23/24 ans. Céline a un master en marketing digital et Hugo était en alternance dans le domaine de la logistique. Avant de venir en Australie, on avait un niveau d’anglais correct, car on a déjà travaillé tous les deux dans la restauration et Hugo a pu également pu le pratiquer pendant son alternance. 

On a choisi d’arriver à Sydney, car Hugo était déjà allé en Australie et avait bien aimé cette ville.

On trouvait donc que c’était une bonne ville pour démarrer et on a pu acheter rapidement un 4×4 pour partir travailler en dehors de la ville ! (Si tu recherches un contact de bon garagiste à Sydney, tu peux nous contacter, on a un super contact pour toi, une pépite qui peut même te faire ton check-up de véhicule !)

Les pré-requis pour travailler en tant que traffic controller en Australie

Tout le monde ne peut pas devenir traffic controller du jour au lendemain ! C’est un job qui est souvent cité dans les jobs qui payent bien en Australie, cependant, tu vas devoir débourser un peu d’argent de pouvoir commencer à travailler, pour les certifications ou tickets et pour le matériel par exemple.

Faut-il des tickets pour travailler en tant que traffic controller en Australie ? 

En Australie, il y a beaucoup de jobs manuels qui nécessitent d’avoir des certifications ou des tickets pour les exercer ! C’est le cas pour certains jobs dans les mines par exemple, mais aussi pour devenir Traffic Controller. Céline et Hugo ont passé plusieurs tickets avant de postuler :

– La White Card, l’indispensable pour travailler en construction

– Traffic Control : C’est une certification qui sert à être sur la route afin de pouvoir indiquer la circulation aux véhicules qui passent sur la route.

Pour pouvoir travailler en tant que traffic controller en Australie, c’est vraiment le combo de base. Si tu veux mettre encore plus les chances de ton côté, tu peux aussi passer le Traffic Management Implementer. C’est un ticket pour pouvoir installer soi-même les panneaux sur la route. C’est le ticket le plus demandé par les entreprises, et donc, le ticket qui va te rendre vraiment employable !

traffic controller en Australie
Crédit : @cap_australia

Combien coûte la formation pour être Traffic Controller en Australie ?

Les tickets et certifications ne sont pas gratuits en Australie ! Ainsi, Hugo et Céline ont déboursé 750$ pour les deux tickets suivant : Traffic Control et Traffic Management Implementer. Ils ont choisi de passer les deux en même temps pour aller plus vite.

Ce qu’il faut aussi savoir, c’est que les tickets ne sont valables que dans le NSW. S’ils souhaient travailler dans un autre État, par exemple au Victoria, il faudra repasser des tickets. Malheureusement, c’est souvent le cas en Australie, les États ont leur propre ticket ou certification, et tu dois donc bien choisir avant de faire des démarches.

Concernant la White Card, tu peux passer par EOT qui est un organisme qui te permet de passer ta formation en ligne. Pour 320$, tu peux passer ta White Card en ligne et elle sera valable dans tous les États australiens. Et si tu trouves moins cher ailleurs, ils battent le prix de 10% !

Donc en résumé, Hugo et Céline ont déboursé plus de 1000$ pour passer les tickets pour pouvoir devenir Traffic controller.

Comment se passent les formations pour devenir Traffic Controller ?

Hugo et Céline ont dû attendre 2 semaines entre l’inscription et la formation, donc on te conseille de t’inscrire assez rapidement pour ne pas perdre de temps ! 

La formation s’est déroulée sur trois jours. Pendant deux jours, ils étaient dans une salle avec un professeur qui leur a donné des informations via un PowerPoint et ils devaient compléter un QCM. 

La troisième journée, c’était de la pratique : communiquer via la radio, tourner les panneaux, essayer des feux tricolores…

A savoir que le prix peut varier d’un état à un autre. Ainsi, si tu veux passer tes tickets dans le Victoria, c’est moins cher.

application PVT Australie

Le matériel qu’il faut acheter pour être traffic controller 

Pour travailler en tant que traffic controller, tu auras besoin de t’acheter un peu de matériel. Au niveau de la tenue vestimentaire, tu auras besoin d’acheter un pantalon et des chaussures de sécurité. Le conseil d’Hugo et Céline c’est de ne pas hésiter à mettre un peu le prix. En effet, tu passes des journées de +10h avec ces chaussures au pied, donc autant prendre de bonnes chaussures. Celles d’Hugo et Céline ont coûté entre 180 et 200$, mais tu peux en trouver à Kmart pour moins cher.

Il faudra également que tu t’équipe de radios et c’est assez onéreux. Ils ont déboursé 600$ pour s’équiper.

Enfin, en général l’entreprise fournit le T-shirt haute visibilité, le casque de chantier et les vestes de pluie.

Total d’achat de matériel pour Céline et Hugo : un peu plus de 1000$

traffic controller en Australie
Crédit : cap_australia

Comment avez-vous trouvé ce job ?

Alors on ne va pas mentir, c’était pas évident ! 

On a cherché sur tous les sites qu’on connaissait : Seek, Indeed, Gumtree et les groupes Facebook. On a aussi postulé sur tous les sites des entreprises qui nous intéressaient, pour postuler en direct.

On a vraiment tout essayé  !  

Il faut vraiment être très motivé et persévérer, même s’il n’y a pas de réponse. 

Dans notre cas, la première réponse a mit dix jours à arriver !

Au bout de deux ou trois semaines, on a une réponse positive, d’une entreprise à Blegny. L’entreprise nous a directement téléphoné pour vérifier que c’était du sérieux et avoir plus d’informations sur nous. Ça ne ressemblait pas un entretien, c’était vraiment juste pour savoir si on était toujours disponibles et intéressés.

Comme on était toujours partant, ils nous ont confirmé le matériel à acheter et celui qu’ils allaient nous fournir.

traffic controller en Australie
Credit : cap_australia

Le logement

On a dû prendre un logement par nous-mêmes. On a préféré choisir une colocation pour pouvoir se reposer après une dure journée.

On a eu beaucoup de chance, car on a trouvé une maison pour nous et on payait 350$ par semaine pour 2.

Comment se passe une journée de travail en tant que trafic controller ? 

On a d’abord dû, pendant une bonne journée, passer des examens en ligne et remplir des papiers administratifs. Ce sont des tests obligatoires à passer pour nous autoriser à accéder au site.

On a commencé a travailler dans une ferme éolienne : nous commencions tôt le matin puisqu’on travaillait de 6h à 17h. On travaillait 6/7 jours et le samedi était une plus petite journée. 

Dès notre arrivée sur le chantier, on a un petit briefing d’une quinzaine de minutes. On prend le café et ensuite on va directement sur la route.

Concrètement, on tient le panneau marqué « slow » et « stop », tout en communiquant avec notre binôme de l’autre côté de la route via la radio pour s’informer s’il y a un danger ou s’il y a quelque chose de particulier qui arrive sur la route.

L’objectif est de gérer le flux de la circulation routière et d’éviter tout danger. Toutes les 2 heures, on a une pause de 30 minutes.

Ce n’est pas très physique, mais on travaille sous toutes les conditions : chaleur, pluie, vent et poussière !

On s’arrête par mesure de sécurité quand la pluie est trop intense ou s’il y a des orages, environ à 30 kilomètres autour du site.

À la longue, c’est un peu ennuyeux, car on est seul assis sur sa chaise ou debout.

Ils recrutent beaucoup de backpackers, dans notre entreprise, nos collègues nous ont notifiés qu’ils aiment les backpackers car on veut travailler, faire un maximum d’heures et qu’on est très motivés !

traffic controller en Australie
Crédit : cap_australia

Est ce ça compte pour 88 jours ? 

Alors la bonne nouvelle, c’est que oui, ça compte pour les 88 jours, à condition d’être en « regional Australia ». Pour en savoir plus sur les 88 jours de ferme, on a rédigé un article complet sur le sujet.

Quel est le salaire en tant que traffic controller en Australie ? 

En brut on gagnait 34 $ par heure, jusqu’à 8 heures de travail. Ensuite c’était 47$ de l’heure.

Le week end on était payé 60$ de l’heure.

En moyenne on touchait  2 000 $, donc tout ce qu’on a payé au départ a vite été rentabilisé. On a absolument aucun regret d’avoir pris cette décision.

traffic controller en Australie
Crédit : @cap_australia

On espère que ce témoignage te permettra de mieux comprendre le job de traffic controller en Australie. C’est un boulot qui peut te permettre de mettre pas mal d’argent de côté, cependant, il faudra être prêt à faire quelques investissements au départ ! C’est un job qui est également redondant, donc les journées peuvent être longues et éreintantes, gardez ça en tête !

Si tu souhaites en savoir plus sur le job de traffic controller en Australie, Hugo et Céline partagent leurs bons plans sur leur compte Insta : Cap_australia. Tu peux aussi nous retrouver sur Insta si tu as des questions sur l’Australie de manière générale :

5/5 - (4 votes)

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire